Actualités

L’HORMONE DE L’AMOUR EXISTE BIEN CHEZ LES ANIMAUX DOMESTIQUES

Source : http://www.gizmodo.fr/2014/05/01/hormone-amour-animaux-domestiques.html

Lorsque Paul Zak professeur à la « Claremont Graduate University » de Californie, a décidé de mesurer les niveaux d’ocytocine dans certains animaux domestiques, il était loin de se douter que « les résultats seraient aussi choquants ». Après avoir prélevé des échantillons de sang chez un chien croisé terrier et une chèvre, les chercheurs les ont fait jouer ensemble avant de prélever de nouveaux échantillons sanguins. Le chien montrait une augmentation d’ocytocine de 48% – déjà élevé chez un humain -, quant à la chèvre, cela pourrait être assimilé à de l’amour véritable chez l’homme.L’ocytocine étant responsable notamment des liens d’amitié et d’amour chez l’homme, il semblerait donc que les animaux domestiques, et uniquement ceux-ci, créent des liens et ressentent l’amour de la même manière que nous.Une deuxième expérience fut réalisée, cette fois avec des humains jouant avec des chiens ou des chats pendant 15 minutes. Si les résultats divergent selon les participants et selon leurs relations passées avec des chiens ou des chats, tous ont montré une augmentation de leur taux d’ocytocine, celle-ci étant davantage prononcée avec les chiens. Outre le fait que cette étude démontre bien que l’amour existe chez nos animaux domestiques, elle montre aussi que nous ne tissons pas les mêmes liens face à un animal.Renaud chantait que "l'amour dans le cœur d'un chien, c'est le plus grand amour qu'il soit". Si l'on parlait jusqu'ici davantage d'affection pour un animal à son maître, les scientifiques ont aujourd'hui mis en évidence que nos animaux domestiques produisent bien cette "hormonede l'amour", l'ocytocine.

 

 

Les chiens comprennent les émotions de la voix humaine

Des chercheurs hongrois ont trouvé des similitudes étonnantes entre les IRM cérébrales de chiens et d'hommes soumis aux mêmes stimuli auditifs.

«Je vous assure, il comprend tout.» Les propriétaires de chiens sont parfois exagérément optimistes sur les facultés cognitives de leur animal. Mais ils ne font pas totalement fausse route pour autant. Une équipe hongroise vient de démontrer que le traitement cérébral des sons était similaire chez le chien et chez l'homme. «Cela explique peut-être le succès de la communication vocale entre nos deux espèces», pense Attila Andics, éthologue et principal auteur de cette étude parue jeudi dans la revue Current Biology.

 

Une capacité héritée d'un ancêtre commun?

Quelques 22 cobayes humains ont effectué la même expérience. C'est la première fois que des travaux comparent l'activité cérébrale humaine avec celle de non-primates. Résultat, les chiens possèdent comme les hommes et les singes une zone du cerveau dédiée à l'analyse de la voix, située à peu près au même endroit. Plus surprenant encore, les réactions cérébrales à des stimuli similaires étaient très comparables. Un son de joie «allume» par exemple de manière plus intense le cortex auditif primaire chez les deux espèces qu'un son triste: tout porte à croire que les chiens sont donc bien capables de déceler les émotions de la voix humaine. De manière assez intuitive, les chiens sont toutefois, comme les êtres humains, plus sensibles aux bruits de leurs congénères.

 

«Cela montre que les chiens et les êtres humains ont les même mécanismes cérébraux d'interprétation sociale des sons», explique Attila Andics. Les deux espèces pourraient avoir hérité cette capacité de leur ancêtre commun vieux d'au moins 100 millions d'années. Ces recherches laissent aussi penser que cette faculté de décodage de la voix pourrait bien être partagée par une partie du règne animal plus grande que ce que l'on pensait jusqu'à présent.

Ces travaux ont néanmoins aussi montré d'importantes différences entre les deux espèces. Chez le chien, la moitié des zones cérébrales dédiées à l'analyse des sons réagissent de façon plus intense à des bruits quelconques qu'à des vocalisations. Chez l'homme, le cerveau est au contraire intégralement tourné vers la parole: seuls 3% de ces zones sont ultrasensibles aux bruits environnementaux.

 

Comment les chiens protègent-ils les enfants contre l'asthme et les allergies ?

Nous savons depuis un moment déjà que les chiens protègent les enfants contre le développement d'allergies et contre l'asthme. Il ne s'agit là que d'un des nombreux bienfaits que nous apportent nos meilleurs amis à 4 pattes. > Les animaux de compagnie et leurs bienfaits sur notre santé Plusieurs études ont en effet montré que les enfants ayant un animal de compagnie à la maison, et plus particulièrement un chien, sont moins sujets à ce genre de problèmes.Mais aujourd'hui, nous en savons plus sur cette vertu de nos compagnons à 4 pattes. Susan Lynch, microbiologiste à l’université de Californie, a constaté que les microbes transportés par les chiens entre l'extérieur et la maison s'installent dans le tube digestif des humains. Elle a alors émis l'hypothèse selon laquelle ces bactéries contribueraient à protéger les enfants des allergies et de l'asthme. Vive la poussière canine ! Avec son équipe, la chercheuse a alors mené des expériences pour confirmer cette hypothèse. Des souris ayant consommé des poussières prélevées dans des maisons où vivent des animaux ont été exposées à des substances allergènes. Elles ont réagi bien moins fortement que les rongeurs n'ayant pas été en contact avec ces poussières canines. C'est une bactérie baptisée Lactobacillus johnsonii qui serait à l'origine de cette résistance. Elle a en effet été trouvée en grande quantité chez les souris exposées aux microbes transportés par des chiens, et permettrait de réduire l'inflammation des voies respiratoires. Pour les chercheurs, cette étude montre avant tout à quel point "il est important de s'exposer à l'environnement. cela influence la flore intestinale et nous protège contre les allergies" souligne John Penders, épidémologiste à l'université de Maastricht aux Pays-Bas. Elle laisse également espérer le développement de nouveaux traitements contre les allergies et l'asthme.

Des colliers antiparasitaires responsables de décès de chats

CHALONS-EN-CHAMPAGNE (51). C'est après avoir porté un collier antiparasitaire contenant du dimpylate que Choukette, qu'une minette serait morte intoxiquée. Qu'en pensez vous? Avez vous rencontré des problèmes avec vos chats suite à la pose d'un collier antiparasitaire? antipuce.jpg
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 02/05/2014

×